Qu'est ce que le métier de préparateur automobile ?

Qu'est ce que le métier de préparateur automobile ?

Qu'est ce que le métier de préparateur automobile ?

 

Le passage d’une voiture standard à une voiture optimisée se réalise souvent auprès d’un atelier de préparation. Cet atelier rassemble un corps technique et d’ingénierie qui traite la transformation du véhicule. Une transformation qui peut être partielle ou intégrale du véhicule concerné. À l’instar du tuning, la préparation d’une voiture s’opère surtout sur le côté performance et confort. Par conséquent, les missions d’un préparateur automobile sont diverses et variées. Des missions nécessitant une grande polyvalence, sans oublier une bonne notion en mécanique automobile. Voici donc quelques points essentiels à savoir sur le métier de préparateur automobile.

Les généralités du métier de préparateur automobile

En pratique, le métier de préparateur automobile consiste à opérer des modifications auprès d’une voiture de série. Cela s’établit par l'élaboration par modifications, substitutions ou réglementations, de tous les composants mécaniques. Et ce, afin d'atteindre les performances les plus élevées possible. Dans le milieu sportif, cette opération est d'une grande importance pour l'utilisation des voitures dans les compétitions. Cependant, il y a des limites à la préparation établies par une réglementation adéquate. C’est dans cet ordre que les missions d’un préparateur automobile sont variées. Car en plus des connaissances et compétences techniques, il devra aussi s’accoutumer aux différents règlements dans ce milieu.

Les différentes missions que ce métier impose

La préparation d’une voiture est orientée sur plusieurs étapes. Cela concerne principalement la manipulation du moteur, et la variation du siège du véhicule. Mais aussi l'amélioration de tous les composants : direction, freins… Ces besoins sont principalement demandés en raison de l'augmentation des performances du véhicule. Mais il faut savoir que les normes qui régissent la préparation des véhicules de compétition sont sujettes à une évolution continue. Elles se basent sur le maintien d’une dépendance plus ou moins rigoureuse entre la voiture destinée à un usage normal et celle destinée à la compétition. Tout cela bien sûr, en tenant compte des exigences de sécurité. Et sans oublier les tendances des composantes les plus importantes du sport automobile : public, constructeurs et organisateurs.

Un secteur dont les normes évoluent au fil du temps

Auparavant, la préparation d'un véhicule était basée sur un réglage minutieux. Et, éventuellement, sur la modification et le remplacement de certains composants non fondamentaux. Au fil du temps, le passage des compétitions sur route aux circuits a progressivement évolué. Cela a nécessité des préparations de plus en plus adéquates pour les itinéraires étudiés. Mais également des itinéraires réalisés à la base par des voitures de course authentiques. En conséquence, les normes adoptées ont été initialement orientées vers des modifications par mécanisation. Et par la suite, vers le remplacement des pièces d'origine. Ce qui implique pour le préparateur une formation de base bien solide. Non seulement une formation en mécanique spécialisée. Mais aussi une spécialisation auprès d’un atelier spécifique en préparation de voitures.

Deux grands secteurs pour deux types de carrière

Actuellement, les modifications par mécanisation représentent un secteur qui privilégie les préparateurs et les petits ateliers. Des professionnels dont le travail se limitait nécessairement à la modification de pièces existantes. Par contre, le secteur des remplacements des pièces d’origine s’adresse particulièrement aux entreprises manufacturières et aux grands services de la concurrence. Des grands groupes qui ont essentiellement obtenu l'approbation des pièces de rechange nécessaires. Des pièces pour rendre même un modèle initialement inapproprié pour une utilisation sportive compétitive. Deux grands secteurs qu’un préparateur automobile devrait considérer pour s’orienter vers une carrière adaptée à ses besoins.

Les formations à envisager pour le métier de préparateur automobile

Afin de s’orienter vers le métier de préparateur automobile, il faut avant tout détenir un BEP. Il faut ensuite poursuivre vers un CAP. Et notamment un CAP en maintenance mécanique des véhicules. Mais il est aussi possible de se lancer dans ce secteur sans aucun diplôme. En effet, la plupart des préparateurs automobiles sont autodidactes. Ils ont généralement acquis de l’expérience auprès d’un garage et atelier de réparations d’automobiles. Par ailleurs, ceux qui envisagent d’intégrer le grand secteur des compétitions peuvent également un cursus spécialisé. Cela pourrait considérer un bac Pro en maintenance des véhicules. Cela se décline en 2 options : A et B. Une formation résultant d’un diplôme Bac+2 ou Bac+3 serait l’idéale. Nombreux recommandent d’ailleurs licence pro en maintenance des systèmes pluri-techniques.